LA PRIERE DE CONSULTATION (AL ISTIKHARA)

 

Jabir Ibn Adbillah (radiya lahou 'anhou) a dit: « Le Prophète (sallallahou alayhi wa salam) nous enseignait l'istikhara (prière de consultation d'Allah) avant toutes nos entreprises comme il nous enseignait les sourates du Coran. Il disait: « Si l'un d'entre vous décide de faire quelque chose, qu'il fasse deux rak'as en dehors des prières obligatoires et qu'il dise après les salutations finales: « Allahoumma inni astakhirouka bi-ilmika wa astaqdirouka biqoudratika wa as-alouka min fadlikal-azhim; fa-innaka taqdirou wa la aqdirou wa ta'lamou wa la a'lamou wa anta allamoul-ghouyoub. Allahoumma in kounta ta'alamou anna hazal amra (nommer l'affaire) khayroun ly fi dini wa ma-achy wa a'qibati amry -a'djilihi wa adjilihi- fadqourhou ly wa yassirhou ly soumma barik ly fihi; wa in kounta ta'lamou anna hazal amra (nommer l'affaire) charroun ly fi dini wa ma-achy wa a'qibati amry- a'djilihi wa adjilihi - fasrif-hou a'nni wasrifni a'nehou waqdour ly alkhayra haïsou kana soumma raddhini bihi.* » Il ajouta; et qu'il nomme son affaire) ». (Rapporté par Al Boukhârî)

 

* « Seigneur Allah! Je base mon choix sur Ta science et je puisse ma capacité de la Tienne et je Te demande un effet de Ta générosité infinie. Tu es en effet Capable et je ne le suis pas, Tu sais et je ne sais pas et c'est Toi le Grand Connaisseur des mondes inconnus. Seigneur Allah! Si tu sais que cette entreprise (nommer l'affaire) est bonne pour moi dans ma religion, ma vie présente et ma vie future, destine-la-moi, facilite-la-moi puis bénis-la pour moi. Si tu sais que cette affaire (nommer l'affaire) est  pour moi un mal dans ma religion, ma vie présente et ma vie future, écarte-la de moi et écarte-moi d'elle. Destine-moi le bien où il se trouve puis fais que j'en sois satisfait. »

 

Il est recommandé de réciter dans la première rak'at après la Fatiha : « Al Kafiroûn » (Sourate 109) et dans la deuxième rak'at après la Fatiha : « Al Ikhlas » (Sourate114).

 

Sources : « Le guide détaillé de l’Oumra et du Hadj » Boureima A. Daouda – Editions Essalam 1999.